Archive for the ‘Uncategorized’ Category

Tate Modern – Henri Matisse, the cut-outs

Dans l’oeuvre de Matisse, je retrouve Tahiti. Les couleurs, éclatantes. Les fougères. Les coraux. Les hibiscus. Les tifaifais, ces patchworks particuliers.

Pourtant, ce n’est pas ce Matisse, inspiré par l’esprit d’une île que j’ai découvert à la Tate, qui ouvre jeudi l’une des plus larges expositions dédiées à l’artiste. Lorsque des problèmes de santé ont empêché Matisse de peindre, voyez-vous, il s’est fait sculpteur de papier, les ciseaux devenant une extension de lui, tout comme le pinceau l’était auparavant. Il plaçait, déplaçait les formes sur sa toile, une autre sorte d’architecture.

D’Henri Matisse, the cut-outs, on pourrait dire qu’il s’agit de l’envers du décor. En s’approchant, on décèle les collages, les traits de charbon, l’expérimentation. Les experts, en analysant Acanthuses, ont compté pas moins de milles traces d’aiguilles à travers l’oeuvre… Sur d’autres, on projètera une spirale, une graphique pour mieux comprendre la structure, l’équilibre.

J’en retiens aussi… Les magnifiques vitraux réalisés pour la chapelle de vence, un matériau que l’on associe pas forcément à Matisse. Oceania, une oeuvre qui a commencé simplement. Refusant de jeter une forme découpée, il l’applica à un défaut du mur qui le chagrinait. Sur les semaines suivantes, il avait transformé, rajoutant d’autres découpes, oiseaux, coraux et feuilles. Et puis l’incontournable, les quatre blue nudes, réunis pour la toute première fois. Ces silhouettes de femmes aux courbes voluptueuses ont pour moi un petit air de Picasso, une déconstruction savamment réorganisée.

Si vous ne connaissez l’oeuvre de l’artiste, c’est une occasion unique d’en découvrir 130 chefs d’oeuvres, d’en saisir l’immensité (à suivre, je dirais d’une visite du musée Matisse à Nice pour apprécier les formes dans la lumière où elles ont été conçues. La différence, je vous assure est saisissante). Si vous admirez déjà ce génie, voilà l’occasion de vous laisser fasciner par ses techniques et de vous laisser toucher par ses hésitations, ses repositionnements.

Henri Matisse, the cut-outs
Jusqu’au 07 septembre 2014
Tate Modern
Bankside
London SE1 9TG

m1 m3 matisse_drawing_with_scissors

La serre du Barbican

Parenthèse verte inattendue dans l’écrin de béton du Barbican. Cette serre est bien cachée, entraperçue parfois. Silence. Vert éclatant. Fleurs exotiques, carpes japonaises, palmiers, lianes, fougères. Un escalier, discret, permet d’admirer le paysage de haut. Une petite dose de vacances au coeur de Londres.

La serre est ouverte au public, gratuitement, tous les dimanches.

Serre
Barbican Art Gallery
Silk Street, London
EC2Y 8DS

Barbican conservatory Barbican conservatory Barbican conservatory, green London, green, London, Barbican, conservatory, free, kids friendly Barbican conservatory Barbican conservatory Barbican conservatory Barbican conservatory Barbican conservatory Barbican conservatory Barbican conservatory Barbican conservatory Barbican conservatory

Esther Taylor, interior designer – Interview

Son père était charpentier. C’est de lui qu’elle a appris à voir l’espace autrement, en ligne, en niveaux, une belle rigueur. Elle manie les palettes de teintes comme d’autres un pinceau, avec précision, variant les textures, osant une couleur ou une motif plus forts, cassant ainsi le classicisme de la pièce. Difficile de croire que cette talentueuse designer d’intérieur, méticuleuse, a trois enfants, souvent synonyme de chaos! Meet Esther Taylor.

Votre père fut, dites-vous, votre inspiration première. Racontez-nous quelques souvenirs d’enfance, qu’avez-vous appris de lui?

J’adorais passer du temps dans son atelier. Cela me semblait magique. Je me souviens encore de cette merveilleuse odeur de bois fraîchement coupé et j’ai été totalement fascinés par toutes ces machines. Très tôt, mon père m’a emmenée avec lui au parc et m’interrogeait sur le dessin en perspective, en me guidant doucement. J’ai grandi à côté de cette créativité et passé de nombreuses heures à dessiner mes propres créations sur le dos d’enveloppes et de papier brouillon. Je lui dois tout de ma créativité.

Quand avez-vous réalisé que c’était là votre véritable passion?

D’aussi loin que je me souvienne. Je me rappelle m’amuser à repositionner des plans très jeune. Je savais déjà que la décoration et le design d’intérieur serait ma vocation.

Vos yeux scintillent comme si vous étiez constemment inspirée… Comment définiriez-vous votre style, votre signature?

Clair et concis. J’aime que les lignes et niveaux soient parfaits quand il s’agit de structure. Quand on passe au décor intérieur, je favorise l’empilement de textures, à partir d’une palette de teintes similaires avec une pointe de couleur plus vive.

Esther Taylor -  Interview

Quel genre de projet préférez-vous? Un thème spécifique? Une carte blanche quand au design de la pièce?

Un thème spécifique. J’aime être mise au défi, sortir de ma zone de confort. Mes meilleures compositions viennent définitivement de devoir m’adapter à ce que souhaitent mes clients.

Comment réinventez-vous une pièce?  Avez-vous un point de départ particulier, une architecture particulière, un meuble au choix?

J’essaie toujours de trouver un point d’inspiration, que ce soit un tissu, une couleur, une texture ou un meuble. Je détaille ce point de départ au maximum, prend en compte toutes les configurations possible en termes de design, de couleur et de texture. Je demande généralement au client ce qu’ils ont en tête et travaille à partir de là: au final, ce sera leur espace de vie. Une fois, j’ai conçu une suite entièrement basée sur une taie d’oreiller!

Esther Taylor -  Interview

Vous avez 3 enfants. Comment combine t-on design et des boutchous dans une maison. J’ai bien la théorie mais en pratique… des conseils?

Des tonnes de rangements - c’est vital. Et s’assurer que tout ait sa place. Lorsque les enfants sont couchés, je m’assure que tout retourne à l’endroit attribué, hors de vue afin de libérer l’espace et recréer un environnement d’adultes. Il y a aussi des tissus nettoyables incroyables sur le marché comme des papiers peint en vinyl qui ressemblent à de la soie. Parfait pour des finitions rusées.

De quel design êtes-vous le plus fière?

Je dirais que ma plus belle oeuvre était la reconception d’un boutique hotel au Nord Ouest de Londres. Le bâtiment n’avait pas bougé depuis 1874. Je devais lui offrir un côté contemporain tout en conservant le charme victorien qui le rendait si spécial. La responsabilité était de taille et je suis extrèmement fière du résultat.

Monchrome ou éclat de couleurs?

Définitivement monochrome avec un éclat de couleur fabuleux.

Esther Taylor, Interview

En parcourant votre portfolio, je note votre magnifique sens des lignes et des angles. Comment utilise t-on la géométrie en décoration?

Je m’assure toujours que mes lignes sont exactes et équilibrées correctement sur différents niveaux. Je prends en compte le point où deux textures, deux jointures, deux les niveaux se rejoignent (ce que j’appelle des «jonctions») et je travaille à partir de là.

Si vous pouviez redécorer un lieu mythique, lequel choisiriez-vous?

Babington House

Esther Taylor -  Interview

Jean-Paul Gaultier éclairs at PAUL

Fan du haut-couturier? Pour accompagner The Fashion World of Jean Paul Gaultier, la rétrospective de ses oeuvres au Barbican, offrez-vous donc LA douceur hype du moment. Les fashionistas en sont folles. Mais oui, l’éclair Jean Paul Gaultier créé par PAUL, célébrant les rayures de sa célèbre marinière. Fine coque de chocolat, légère ganache, chou traditionnel, riche crème au chocolat blanc.

Who needs macarons? Le nouvel accessoire mode, les filles, c’est l’éclair…

Limited Edition Jean Paul Gaultier éclair
Disponible à partir du 09 avril dans les 32 boutiques britanniques PAUL
£3.15 pièce

Jean Paul Gaultier, éclairs, PAUL

Barbican – The Fashion World of Jean Paul Gaultier. From the Sidewalk to the Catwalk

Jean Paul Gaultier. L’enfant terrible de la mode.

Quel parcours. 61 ans? Le chiffre m’a choquée. Ce haut-couturier de génie me semble toujours rester jeune, dynamique ave un sourire. un humour contagieux. A y réfléchir, vous souvenez-vous d’une seule époque sans avoir entendu ce nom? Collections punk, jupes pour homme, muses extraordinaires, de Dita von Teese à Beth Ditto, la Parisienne réinventée et même, si, si, rappelez-vous… Eurotrash!

Une rétrospective de ses créations ouvre au Barbican. Pas moins de 165 tenues extraordinaires. Parce que, le soulignait Nathalie Bondil lors de l’introduction, il est plus facile de nos jours de s’approcher d’un Van Gogh que d’une robe de haute-couture. Elles nous semblent familière –  vues, revues dans les magazines, à la télévision… Mais qui peut se vanter d’en avoir admirer les finitions de près? Comment réaliser pleinement le travail de l’artiste (et de l’équipe de petites mains derrière l’idée)? Pourtant Jean Paul Gaultier le soulignera lors de l’interview –  dont vous trouverez un extrait ci-dessous – il a longtemps résisté à l’idée de placer ses oeuvres au musée, souvent plus dédié aux morts qu’aux vivants. Finalement, chemin aidant, il trouve l’expérience plutôt agréable…

Qu’apprend-on de cet entretien privilégié avec le curateur de l’exposition, Thierry-Maxime Loriot? Ses premiers voyages à Londres, d’abord. Voyage scolaire, sandwichs étranges, découverte de l’English Breakfast. Dans les années 70, la découverte du magasin Biba qui jouait sur le vintage à une époque où la tendance naissait à peine. Portobello road. The Rocky Horror Picture Show au théâtre, souvenir d’un poster sur King’s Road, de simples lèvres rouges. Cette gaieté, ces couleurs, le mouvement punk, l’expérimentation côté mode. Le contraste avec la France où tout doit être sérieux. Les rues de Londres? Voilà sa vitamine.

Une partie de l’exposition est dédiée au boudoir, passion et obsession de JPG. Sa grand-mère, explique t-il était guérisseuse. Elle lisait les cartes de Tarot comme les gens, offrait un masque de beauté, rassurait, prévoyait l’avenir. Elle avait sans nul doute du talent, ayant prédit à son petit-fils qu’il serait grandement aimé. Assis dans cette pièce auréolée de magie, il écoutait, découvrant à travers de petits conseils de mode ce qu’une tenue, une coiffure, un détail pouvait changer. Un jour, il aperçoit un corset – émerveillement pour cet objet entre torture (il fallait boire du vinaigre pour contracter l’estomac, serrer au maximum) et beauté… Evidemment, il est hors-norme. Sa passion n’est pas, comme les garçons de son âge dans le football. Après avoir regardé les Folies Bergères à la télévision avec sa grand-mère, il dessine en classe. L’institutrice, décidée à l’humilier, accroche l’esquisse dans son dos (avec une épingle à nourrice –  déjà punk, ajoute-t-il!). L’effet fut inverse – ses camarades notent son talent, lui font réaliser qu’il pourra ouvrir bien des portes…

Retour sur la rétrospective. Les mannequins furent crées par la compagnie Joli Coeur. Plutôt que statique, des visages sont projetés en 3D, parlant, chantant parfois. Une façon de rendre hommage aux gens qu’il aime. Ayant grandi dans une famille de femmes fortes, Jean Paul Gaultier avait été surpris par les réactions des top models, causant peu, se basant sur la phrase “Sois belle et tais-toi”. En voilà la réplique, ainsi que des mannequins mâles classés homme-objets, renversons les rôles! La beauté est multiple –  une valeur importante pour lui. Ses parents ont toujours mis en avant la tolérance. Il se souvient encore du film Guess who’s coming to dinner – une jeune fille présente son petit ami black à ses parents, encore un hic à l’époque. Plus tard, il présentera à ses propres parents un boyfriend black. C’aurait pu être un double hic –  la seule question qui leur importait était de savoir s’il était amoureux. C’est cette acceptation, cette humanité que l’on retrouve dans son sens de la mode. Une mise en avant de mille élégance, dépassant taille, âge, couleur, nationalité. La beauté est partout, si l’on ouvre les yeux…

Cette exposition… est comme une promenade dans l’imagination de l’artiste qui aime conter des histoires et mettre en scène. Plutôt qu’une présentation chronologique il a préféré des thématiques qui lui tiennent plus à coeur, autour des marinières, de la mode punk, ethnique et tant d’autres. Sa créativité semble sans limite et timeless, impossible de séparer par époque. Phénoménal fut prononcé. Du détournement du tweed et du denim au cuir anguleux. Du camouflage dans la garde-robe urbaine au corset dominant plutôt qu’oppressant, dessus plutôt que dessous. On s’émerveillera devant ses vierges, ses saintes, touchantes à souhait, certaines prêtes au combat, très Jeanne d’Arc. D’autres se font sirènes… Les pièces sont hyper-sexualisées, redonnant au passage le pouvoir aux femmes. Un bel hommage. Il faudra faire plusieurs fois le tour pour bien saisir l’ampleur du travail derrière chaque oeuvre.

On notera au passage les coiffures époustouflantes créées par Odile Gilbert, amenant une dimension spaciale stupéfiante aux mannequins…

A noter…

- L’application dédiée à l’expo pour mieux encore l’explorer. Gratuite. Avec une vidéo d’introduction par JPG.

- Le bar éphémère Gaultier, spécial martinis, dont le mobilier a été designé par le couturier avec Roche Baubois. Ouvert tous les jours au long de l’exposition, de 17.30 à 21.30.

- Une très belle programmation des films préférés de l’artiste. Dont Falbalas le 22 mai, qui l’a convaincu de devenir couturier. Il sera présent à l’occasion pour répondre à vos questions.

- Des éclairs rayés, une collaboration avec PAUL. Et disponibles dans chacune de leurs 32 enseignes britanniques dès le 09 avril.

The Fashion World of Jean Paul Gaultier - From the Sidewalk to the Catwalk
9 avril – 25 août 2014
Barbican Art Gallery
Silk Street, London
EC2Y 8DS

Barbican, The Fashion World of Jean Paul Gaultier, Jean Paul Gaultier, fashion, haute couture Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul GaultierBarbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier Barbican - The Fashion World of Jean Paul Gaultier

Cuckoo – the modern muesli

Cuckoo s’annonce, définitivement, comme une nouvelle génération de bircher muesli. Lancé en septembre dernier, sous ses apparences design, il gagne en succès jour après jour, on le trouve d’ailleurs à Selfridges et à la célèbre Daylesford Organic. Pas de grande multinationale derrière cette marque mais deux jeunes diplômée, amies d’enfance, Lucy Wright et Anna Mackenzie. Elle amènent à cette recette, un classique des Alpes Suisses, une petite révolution. Shebam! Pow! Blop! Wizz!  Des baies juteuses,  des graines de lin, des compotées de fruit énergiques, un tourbillon de saveurs. J’adore. Chaque cuillerée a un crémeux particulier qui me rappelle les douceurs à base de dulce con leche. C’est tellement… gourmand que j’ai du mal à croire que chaque pot compte moins de 300 calories et affiche un indice glycémique bas. Comment, ce n’est pas aussi dangeureux que le Nutella? Presqu’un dessert ET c’est healthy? Bingo! Plongez bien la cuillère jusqu’au fond pour attrapper les fruits… J’avoue une préférence pour la peche et la vanille de Madagascar… mais mangue et noix de coco, avec le tonique du gingembre, c’est sublime. A tester aussi: pomme et cannelle, sureau et airelles, chocolat et cerises. Enfin une bonne raison de se réveiller le matin!

Cuckoo
Selfridges, Recipease, Daylesford Organic

Cuckoo -  the modern muesli Cuckoo -  the modern muesli Cuckoo -  the modern muesli Cuckoo -  the modern muesli Cuckoo -  the modern muesli Cuckoo, muesli, healthy

Rebel Kitchen – dairy free coconut goodness

Au début, j’ai pensé – cool kids drink. Je suis faible – le packaging m’a plu. Plus teenage que boutchou. Un peu cheeky. Trendy. Je n’ai pas vraiment regardé les détails, retenant juste lait au chocolat.

La soirée avançait, clic-clic-cliquetis sur le clavier. Envie de chocolat et pas un carré en vue. Souvenir – ah, oui, Rebel Kitchen. Tant pis pour les enfants. Clac, j’enfonce la paille, encore en semi-pilote automatique. Et là, wow. C’est frais, léger, pas vraiment sucré tout en respectant le cacao. Ca se boit… en un rien de temps, il est impossible de s’arrêter. A la fois désaltérant mais assez riche pour compenser une envie de dessert. Celui à l’orange m’a tout autant ravi, une huile essentielle  qui sublime le chocolat plutôt que de le cacher ou de l’affronter.

Délicieux. Mais qu’est ce que c’est, bon sang?

Un lait de coco au chocolat. Du nectar de date pour la douceur. Un peu d’eau. C’est tout. Aucun additif, aucun ajoût.

Qui sont-ils? Mmmh, Rebel Kitchen sont un peu les ninjas du goût. Avec un ras-le-bol des produits saturés de sel, de sucre, de graisses. Et des produits raffinés. Et si on retournait aux aliments complets, tellement plus sains et satisfaisants?

D’autres saveurs sont disponibles : banane. Matcha, Chai. Des snacks gourmands vont bientôt s’ajouter à la liste. Dites, à quand les cartons d’un litre?

Rejoignez-donc la guerilla du bon manger.

Rebel Kitchen

Rebel Kitchen, dairy free, coconut, chocolate Rebel Kitchen, dairy free, coconut, chocolate Rebel Kitchen, dairy free, coconut, chocolate Rebel Kitchen, dairy free, coconut, chocolate Rebel Kitchen, dairy free, coconut, chocolate Rebel Kitchen, dairy free, coconut, chocolate Rebel Kitchen, dairy free, coconut, chocolate

London street art – Shoreditch

En sortant du London Coffee Festival, j’ai retrouvé les rues colorées de Shoreditch. Le street art s’y impose tellement en ce moment qu’il est difficile de deviner si ce sont les oeuvres qui se camouflent dans la jungle urbaine ou les bâtiments qui se camouflent entre deux fresques! Quelques cartes postales de ce safari:

London street art - Shoreditch (Conor Harrington + Maser)
London street art - Shoreditch(Grim 13)

London street art - Shoreditch(Gregos)

London street art - Shoreditch(Anna Laurini)London street art - Shoreditch London street art - Shoreditch

(Alo)London street art - Shoreditch(Pixel Pancho)

London street art - Shoreditch London street art - Shoreditch London street art - Shoreditch London street art - Shoreditch London street art - Shoreditch(C215)London street art - Shoreditch(Christiann Nagel)

London Coffee Festival

Pourquoi aller au London Coffee Festival? L’une des réponses est écrit sur un mur: Do it decently. Il est facile de massacrer un bon café. Eau trop calcaire, geste un peu rapide, filtre mal positionné, que sais-je… Deux écoles… cohabitent, je dirais, plutôt que s’affrontent. les machines ultra-modernes qui facilitent le quotidient. Les plus traditionnelles –  syphon coffee, V60… Je suis amoureuse des deux, univers également fascinant à mes yeux.

C’est l’occasion de… parler. Découvrir les passions, l’histoire derrière des noms connus ou inconnus. De tester avant d’acheter. De poser mille questions, d’apprendre comment utiliser au mieux une méthode d’infusion. D’apprendre quelques gestes clés de barristas.

Et puis, il ne s’agit pas que de cafés. Ne serait-ce que parce qu’au bout de quelques espressos, même si l’on est caffeine-addict, on cale. Ou du moins, le palais cale. Il fait ré-équilibrer. Le temps passe vite, l’espace est immense, on a vite faim. Ca tombe bien –  ici, on parle de thé. De chocolat chaud. De boissons rigolotes. On grignote. Une salle est même réservée à la street food. Un lounge aux coups de barre. Bref: vous pouvez traîner vos amis non-coffee drinkers, ils ne s’ennuieront point.

Petites recommandations en vrac…

Des noms familiers… Alpro sort une nouvelle boisson aux céréales. Superbe pour le latte, un mousseux impeccable. J’adore. J’y ai également retrouvé les capsules compatibles Nespresso Café Pod, dont je vous parlais récemment. Si vous hésitiez, encore, c’est l’occasion de goûter leur Colombia Huila. Leur ristretto est aussi extra.

Des coups de coeur côté café: beaucoup! Je note une tendance Cold Brew en bouteille, une excellente nouvelle. Nude espresso en fait un mais celui de Goodbeans, le Rwanda, surtout vous épatera drôlement, floral et fruité. Le procédé prend 16 heures, goutte à goutte mais quel velouté! Qui d’autre? Souvenirs de vacances, le café viennois Julius Meinl – écrivez donc un poème pour avoir un espresso gratuit. Alma de Cuba offre quand à lui un beau crémeux et des notes de cacao (et bientôt, eux aussi des capsules compatibles Nespresso). Dona Botero m’a aussi marqué par sa douceur soyeuse, d’autant plus qu’il s’agit de la troisième génération à travailler sur ce café et la fierté d’un beau et bon produit brille dans leur yeux. Passez aussi au labo de Make Decent Coffee pour en apprendre un peu plus sur le Chemex…

Et aussi… L’équipe de Tea People dont la passion et le simple bonheur de partager m’ont beaucoup touchée. Achetez donc leur chai qui est vraiment bien équilibré, de belles épices, pas seulement la cannelle, un parfum agréable de cardamome. Vraiment, chapeau, les gars. Les jardins de Gaia font quant à eux un rooibos joliment parfumé fraise-vanille, With the Fairies, qui plaira beaucoup aux enfants. Je ramène aussi une bouteille de Karma Cola, éthique et bio, sans l’agressivité habituelle des sodas – avec en plus un super graphisme.

Et en miam? Me voilà accroc au Propercorn. Leur popcorn Fiery Worcester Sauce et sundried tomato est l’équivalent d’un sublime Bloody Mary épicé. Et le noix de coco-vanille, ah la la la la… Ganache Macaron propose ses macarons… en sucette, adorable. Je n’ai jamais été fan de fudge mais The Fudge Kitchen m’a, je dois dire, convaincue. Tout est dans le tempering, m’espliquent-il. Un beau fondant et vraiment des saveurs, pas juste du sucre. Ils en ont d’ailleurs fait une boisson, légère mais goûteuse, en plusieurs versions, Winter Spice, Ginger…

Prévoyez du temps. Ceci n’est qu’un minuscule échantillon! Starbucks, Costa, Lavazza sont bien sûr là. Les micro-brûleries de Londres aussi. Tournez, ne restez pas dans un seul thème ou vous allez saturer. Et surtout, parlez, parlez à ces passionnés plutôt que de filer avec un échantillon. Je vous promets que votre café n’en sera que meilleur…

London Coffee Festival      03-06 avril 2014
Old Truman Brewery
Brick Lane
London

London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival London Coffee Festival

Rencontrez Pierre Hermé à Selfridges le 11 avril

C’est en 2010 que le premier comptoir Pierre Hermé a ouvert sur Londres. L’extase. Les rangées sages de macaron. Enfin. PLus besoin de sauter dans l’Eurostar. Petit luxe de saveurs. C’était à Selfridges. Vendredi 11 avril s’ouvre, toujours dans la Food Court, un plus bel espace, plus grand. En plus des macarons, on y trouvera confitures, cakes, chocolats, thés et même des bougies parfumées.

Pierre Hermé, surnommé le Picasso de la pâtisserie, sera présent, de 17.00 à 18.00, pour dévoiler ce nouveau comptoir. Les fans pourront, à l’occasion, y faire dédicacer leurs livres. Croiser Pierre Hermé à Londres, c’est assez exceptionnel! Je l’avais rencontré il y a quelques années pour Le Petit Journal – hop, l’interview de Pierre Hermé, c’est ici.

Profitez-en pour découvrir la collection de Pâques avec, entr’autres gourmandises, l’Oeuf Galet, hommage au chocolat Pure Origine Pérou, naturellement citronné. Une pièce majestueuse, décorées de plusieurs disques en ganache au yuzu, chocolat noir, au lait, à la vanille et caramel beurre salé. Son coeur abrite de petits oeufs (praliné noisette, croquants nougatine au chocolat noir et au chocolat au lait et enfin fourrés au praliné noisette noir). Une piñata de chocolat dont on ne laissera pas le moindre éclat! Tout aussi élégant, l’oeuf dentelle laisse entrevoir ses trésors. Noir, il utilise un intense Grand Cru Caraïbes à 66%… Lui aussi est riche en mini-oeufs (Intense, Infiniment Praliné Noisette, Mathilda, Corso). Ou préférez-vous une plus traditionnelle famille de lapins? Ce n’est là qu’un échantillon…

Côté desserts, Satine est à l’honneur. Imaginez l’onctuosité féminine du cream cheese, l’exotisme du fruit de la passion, le zeste tonique de l’orange… Ce fondant crémeux et puis, d’un coup, cette explosion de soleil, fruité et acidulée. Pierre Hermé le décline pour l’Angleterre en 9 recettes éclatantes de saveur (il avait fait de même, rappelez-vous pour la collection Infiniment Café): macaron, bonbon, nougatine, cake, calisson, pâte de fruits, nougat, confiture et thé. M’est avis que votre cabas, sur le retour, va être bien rempli!

Pierre Hermé
Selfridges
Oxford Street
London W1A 1AB

PE13_OEUF_GALETS_2_BDPE14_FAMILLE_LAPIN_LAIT_AMB_BD PE14_OEUF_DENTELLE_NOIR_AMB_BDPE14_FAMILLE_COMPLETE_SATINE_BD PE14_CAKE_SATINE_AMB_BDPE14_FAMILLE_SATINE_MAC&_CHOC_1_BD PE14_MAC_SATINE_AMBIANCE_BD

London

This Week End in London

Recevez TeaTime par email:

Delivered by FeedBurner

Contact

Chocoaddict on Hellocoton

find us on Instagram

Follow Me on Pinterest

Beauty

Cooking

Travels

We use cookies…
What are cookies?
  • Cookies' are small pieces of information that a website sends to your computer's hard drive while you are viewing a website.
How does this site use cookies?
  • Tracking/user analysis cookies. This allows me to see how many people are visiting this site and uses a third party service (such as Google Analytics and Quantcast) to do so.
  • Advertising: The advertising banners on this site come through my network (Handpicked Media) which supplies advertising from a range of approved digital partners. Occasionally these banners will use marketing cookies to show you adverts that you might be more interested in. This tracking system is anonymised and therefore it does notknow who you are, it just uses the limited information available to it (via cookies) to serve you ads that may be relevant to you.
What to do if you want to control the use of Cookies?
You have the ability to accept or decline cookies using your web browser, but please be aware that it may negatively affect your experience of this site.Cookies can be removed or declined by changing your web browser settings. For more information please visit allaboutcookies.org.