London parks in a nutshell | Nouvelles des parcs de Londres

Dans mon quotidien toujours pressé, le gain de temps reste maître – je me repose bien souvent sur les grandes branches de librairies sur mon chemin. Je jette un coup d’oeil aux nouveautés, je feuillette, je note des références… et je commande sur Amazon pour un meilleur prix. Extrème praticité mais arrière gout d’insatisfaction, de trop vu, de top ten du Times Entertainment section.

Au détour improbable d’une ballade, je traverse Holland Park et tombe sur la fabuleuse mine de Daunt Bookshop, une devanture boisée, une allure edwardienne, une de ces librairies indépendantes qui vous donnent l’envie folle de vous assoir par terre, de construire une muraille autour de vous et de disparaître du monde quelques heures pour une cure de lecture. Vous savez, ces rayons qui gardent une saveur d’aventure et d’exploration?

Je griffonne des pages entières de référence dans le rayon Londres, redouble d’entousiasme et de curiosité pour la ville.

In my daily rushed routine, where thoughts are always turned to saving time, I tend to settle for highstreet bookshops on my way. A quick look at the “must read” of the moments, flashy covers, take a few notes, order on Amazon to get a better price. So very practical but the process lacks little gems, tastes too much like the Entertainment section of the Times to be fully satisfying.

An improbable walk suddenly takes me through Holland Park, a few more streets and I am standing in front of Daunt, wooden frame, Edwardian look, one of those independant libraries that make you feel like sitting on the floor, build a castle of books around you and hide there for hours. They give you a taste back for adventure, exploration and losing complete track of time…

The London section is just amazing and I write down pages of references… My heart urges for the City, for its secret life.

Découverte dans ce coffre à tresors, la collection Park stories, 8 nouvelles éditées par les parcs royaux de Londres, un genre littéraire qui tend tristement à disparaître. C’est pourtant celui qui convient le mieux à notre rythme de vie, idéal pour le commuter, facile à glisser dans son sac à main…

In this Ali Baba cavern, I discover the Park Sories collection –  8 short stories taking place in London royal parks. Amazing isn’t it that this litterary genre tends to disappear when it probably is the most adapted to our way of life, always running, always commuting, never having much time for ourselves? This is the perfect format – can be read on the way to work, can fit easily in your handbag…

On ne peut etre Londonien sans croiser et recroiser les jardins royaux, longer le Serpentine, retomber sur l’Orangerie, croiser les pélicans de St James, grimper jusqu’à l’observatoire de Greenwich, regarder les biches de Richmond dans les yeux

Je m’attendais, je l’avoue, à une présence plus marquée du parc, de son historique, de ses caractéristiques, avec une histoire en trame. C’est ici l’inverse – vous pensiez retrouver un lieu, un chemin, une atmosphère que vous connaissiez, des cailloux blancs de Petit Poucet. Le parc ne sert que de toile de fond, assez effacée, au recit, un point de depart, un déclencheur de liberte. Décevant? Finalement non: la nouvelle infuse au parc un autre caractère, lui confère une identité et c’est celle-ci que vous rechercherez instinctivement lors de votre prochaine ballade… Vous aurez envie de courir au Diana Memorial, de vous envoler à St James Park, de flouer les touristes à Greenwich, de croire aux fantômes à Green Park.

A £2 piece, laissez-vous tenter par la collection. Craquez particulièrement pour la vision de Kensington par une petite fille du Kowait (Hanan al-Shaykh, a beauty Parlour for the swans) et la magie triste, émouvante d’une histoire d’amour à St James Park (Clare Wigfall, Along birdcage walk).

Of course, you can’t be a Londoner without have walked, strolled, jogged through our royal parks, circled the Serpentine, met at the Orangerie, sat in our of the deckchairs (and been made to pay for it), saluted St James’ pelicans, climbed up to Greenwich’s observatory, looked Richmond’s deers in the eyes…

I expected the parks to play a bigger role. I wanted historical details, caves, secrets, white pebbles I could follow next time. Quite the contrary – the park is just a background, a thread in the story. Disappointing? No –  a different feeling arises. This infuses the park, your park, the one you knew for a particular buzz and atmosphere with a different personnality somehow – a different angle to look at it. It brings and emotion, an identity to it. Anf you will want to run at te Diana Memorial, fly away at St James, make fun of tourists at Greenwich, believe in ghosts in Green Park.

At £2 the book, is there realy any hesitation to be had? Go ahead. Fall in love with the vison of kensington by a little girl from Koweit (Hanan al-Shaykh, a beauty Parlour for the swans) and the sad magical love story in St James (Clare Wigfall, Along birdcage walk).

Park stories
Disponibles sur le site web des Royal Parks ou a Daunt Books (plusieurs branches)
Available on the Royal Parks website or at Daunt Books (several branches)

5 Comments

  1. October 13, 2009 / 08:36

    Ho ….voilà qui me plait ! Je retiens pour mon prochain séjour 😉 ! merci .

  2. October 13, 2009 / 20:13

    Merci, c’est une tres bonne idee de cadeau pour les autochtones:)

  3. Chocoralie
    October 13, 2009 / 21:26

    Butterfly – oui, il est toujours agreable de pouvoir ramener un peu de l’atmosphere de Londres avec soi!

    Cedric – surtout a ce prix la! Il existe un coffret regroupant l’ensemble des nouvelles pour £16. Je conseillerais deux ou trois nouvelles et une excellente plaquette de l’Artisan Chocolat…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *